26 juin / 21 juillet: exposition OMEGA, Mathieu Sodore

Affiche de l'exposition Omega de Mathieu Sodore, peintures et dessins

L'exposition Omega présente des œuvres issues de diverses séries depuis 1991, ainsi que Cantaoras, série inédite de 2019 sur le flamenco.
Le titre de l'exposition rend hommage au chanteur Enrique Morente qui révolutionna le monde du flamenco avec l'album Omega en 1996, comme l'avait fait Camarón de la Isla en 1979 avec La leyenda del tiempo.
Ces deux opus ont en commun, entre autres, de mettre en musique des textes de Federico García Lorca, poète qui condense les passions récurrentes dans ma vie : littérature, flamenco, tauromachie...
Pour les traiter en peinture la démarche est toujours la même: jouer sur la fêlure, privilégier l'intensité, la singularité, la présence. Surtout, il s'agit davantage de poser des questions que d'y répondre.
Regarder le monde, inviter à réfléchir sont les préoccupations majeures de mon travail qui mêle matériaux du quotidien et techniques qui ne s’improvisent pas, mythologie personnelle et mythologie collective. Préoccupations qui s’accompagnent d’une volonté expressive: passion du dessin, liberté du geste, plaisir de faire.

Pas « d’effet de mode » donc mais la recherche d’une synthèse entre modernité et intemporalité du fait artistique, en somme une pratique contemporaine chargée de la responsabilité de son histoire.

Mathieu Sodore, avril 2019
exposition Omega - portrait de l'artiste Mathieu Sodore
Mathieu SODORE

Originaire du Sud-Ouest de la France, Mathieu Sodore est né le 13 juin 1962.
Après le collège et le lycée à Mont-de-Marsan, il étudie à la faculté d'arts
plastiques de Bordeaux (Ecole des Beaux-arts et Université de Bordeaux III).
Il y obtient une maîtrise en 1984 et un CAPES d'arts plastiques en 1985.

En juillet 2001 il s'installe au Portugal, à Lisbonne.

Mathieu Sodore commence à exposer dans les années 80Son travail à été depuis lors montré à de nombreuses reprises tant en France qu’à l’étranger.

En 2009, le cinéaste Floreal Peleato réalise un long-métrage documentaire intitulé La mano azul (La main bleue), consacré à la peinture de Mathieu Sodore. Projections du film en France, Espagne, Portugal, Mexique, Colombie, Allemagne, Chili, Bolivie,
Maroc, Uruguay, Brésil et Japon.
En 2011, un chapitre est consacré à ce film dans l’ouvrage Biographies de peintres à l’écran, coordonné par Patricia-Laure Thivat, paru aux Presses Universitaires de Rennes.
En 2018 Mathieu Sodore écrit un livre sur la création contemporaine à Lisbonne, Lisbonne, au coeur de la création contemporaine, pour une nouvelle collection de la maison d'édition Ateliers Henry Dougier. Le livre, paru le 28 mars 2019, présente 10 artistes majeurs et 100 lieux emblématiques de la ville, d'où le nom de la collection 10+100.
D’autres activités liées à l’art alternent avec sa peinture : enseignement, illustration d’ouvrages, réalisation d’affiches, conférences.
Il a également collaboré à divers journaux et revues et participé à l’élaboration de films, de spectacles musicaux et de pièces de théâtre.

Mathieu Sodore est représenté:
En France par la galerie Ô pêcheur de lune (Saint-Sever)
Au Portugal par la galerie Passevite (Lisbonne)

Federico Garcia Lorca
Vernissage "flamenco" de l'exposition Omega le mercredi 3 juillet 2019 à 18h00
Accompagnement musical par David Ceccarelli, guitariste flamenco
Lecture par Ludovic Pautier
Vernissage "taurin" de l'exposition Omega le vendredi 19 juillet 2019 à 12h00

David Ceccarelli est guitariste de flamenco. Résident à Bordeaux, il a étudié la guitare flamenca à Jerez de la Frontera, où il fit la rencontre du chanteur Andrés de Jerez, avec qui il donnera ses premiers concerts. À Bordeaux, où il s'installe en 2013, il participe avec Alejandro Ugarte Mendía et Deborah "La Caramelita" à de nombreuses aventures musicales. Actuellement étudiant en Master de musicologie à Madrid, il écrit un mémoire sur l'évolution de la guitare flamenca.
Ludovic Pautier est enseignant. Il anime sur Radio Campus Bordeaux l'émission "Falseta", consacrée à l'actualité de la culture flamenca, et "La barraca del duende", où se mêlent poésie et cante jondo. Il A créé, avec Jean-louis Duzert (photographe), Tony Hernandez (guitariste), et Ahmed Alami
(percussions), le spectacle "Paseo del ojo, la cuerda y la voz" (présentation au festival flamenco de Nîmes en 2014). Publications : "Balada Flamenca" (In8), avec JL Duzert, 2011 / "Ivoire brisé" (Atelier Baie), 2012 / Blog "Le Passage" avec Corinne Veyssière / Textes diffusées dans diverses revues (poésie, vins, flamenco...)

Lisbonne, au coeur de la création contemporaine, auteur Mathieu Sodore

A l'issue des vernissages, Mathieu Sodore dédicacera son livre Lisbonne, au coeur de la création contemporaine, paru aux éditions Ateliers Henry Dougier

L'exposition OMEGA est présentée en partenariat avec le festival Arte flamenco

festival Arte flamenco des enfants
Le mercredi 3 juillet de 10h à 18h, le Festival Arte Flamenco propose aux enfants un jeu de piste sur le thème des instruments du flamenco. Le parcours se fera à travers divers lieux de la ville, dont le Centre d'Art Contemporain Raymond Farbos, à la recherche des indices qui permettront de trouver le mot mystère.L'âge minimum pour participer est de 6 ans.

► Venez récupérer le dépliant pour participer au jeu de piste :
- A l’Office de Tourisme : dès le samedi 29 juin à 9h .
- Au Village du festival : mardi 2 juillet à partir de 10h.
Le jeu de piste peut débuter à partir de 10h le mercredi 3 juillet.
Les gagnants seront tirés au sort à 18h30 le jour même au Village du festival.

29 mai - 15 juin : Art en balade

  • Affiche de l'exposition Art en balade
  • Enfant et oeuvre peinte exposition Art en balade
  • L'artiste Jean-Pierre Etchemaïté et les maîtresses d'école en pleine installation
  • Acrylique sur papier de l'artiste Jean-Pierre Etchemaïté
  • Découverte du Cristal Baschet
  • Découverte du Cristal Baschet
  • Découverte du Cristal Baschet

Le Centre d'art contemporain des Landes, l'AGEEM, l'atelier Canopé 40 et la DSDEN40 se sont associés autour du projet "Art en balade" afin de mettre en circulation dans huit écoles participantes une oeuvre de l'artiste peintre Jean-Pierre Etchemaïté présente dans la collection permanente du Centre d'art contemporain.

Chaque classe de maternelle participante a réfléchi et travaillé autour de l'oeuvre d'Etche pour produire des réalisations qui feront l'objet d'une exposition du 29 mai au 15 juin 2019 au Centre d'art contemporain Raymond Farbos.

Les écoles participantes :

Ecole maternelle de Sanguinet
Ecole maternelle d'Hagetmau
Ecole maternelle de Bégaar
Ecole de Saint-Perdon
Ecole maternelle du Centre de Mont de Marsan
Ecole de Poyartin
Ecole de Montfort
Ecole maternelle Gallieni de Dax

3 avril / 18 mai : exposition Loïc Guston, photographie

série "Stigmate" photographie Loïc Guston
Né en 1960, Loïc Guston est diplômé en histoire, pratique et théorie de l'art. Devenu professeur d’arts plastiques, il n’a cessé de développer son activité d'auteur dans le domaine photographique.
A ce jour, il a participé à diverses expositions en Galerie, ou lors d'évènements tels que le festival du photo reportage BarrObjectif, le Salon de la photographie contemporaine de Paris ou Les Rencontres de la photographie à Arles.

Par ailleurs, les magazines ou revues tels que Photo, L'Œil De La Photographie, 36p., Visions libres, Camera ou Eye-Photo ont diffusé ses images. Ses œuvres sont présentes dans des collections privées en France et au Japon.
Les œuvres photographiques présentées pour cette exposition invitent à un voyage à la fois spatial et temporel dans l'univers d'un artiste qui fait de la mémoire le véritable lieu du regard. C’est là que tout commence et que s’organise la vision qui est la sienne.

"Entre-deux" est une série datant de 2015. Elle avait pour objet le devenir d'un Jardin botanique parisien devant subir une profonde transformation suite à un projet immobilier. Ces images gardent le souvenir d'un site chargé d'histoire tout en révélant sa beauté mystérieuse.

La série "Stigmate", initiée en 2017, est inédite. C'est une remontée dans le temps, celui d'une enfance douloureuse tant moralement que physiquement. Élaborée à partir d'un échange épistolaire, elle n'est en aucune façon un travail d’illustration mais bien l’interprétation sensible d'un vécu.

http://www.l-guston.com/

Exposition "Bulles de jazz", dessins et illustrations de Christian Cailleaux

Boris Vian par Christian Cailleaux

8 février - 23 mars 2019

Le Théâtre des Lumières et le Centre d'art, dans le cadre de "jazz au Pôle", en partenariat avec Théâtre de Gascogne, invitent Christian Cailleaux, illustrateur, dessinateur.

Christian Cailleaux présentera des planches de la BD "Piscine Molitor" consacrée à Boris Vian, ainsi que des grands formats sur cet auteur.
Il illustre également son amour du jazz par d'autres dessins, dont des pochettes de disques du label Cristal Records, et par sa participation à l'élaboration des affiches de "concert rêvé" du collectif Contrebande.
http://www.cailleaux.eu/


Vernissage en présence de l'artiste le 8 février à 18h00 suivi d'un concert du Mox Quartet à 20h30

Tarif concert : 10 euros

Billetterie en ligne


Concert Mox Quartet
Envol, défi de la pesanteur, énergie électrique plaquée au sol, oscillation permanente, variations de vitesse et d’intensité, impulsions, émotions. Derrière chaque son, chaque forme, chaque mouvement se laisse entrevoir un Mélange d’OXydes où se révèle de multiples dimensions du sensible.

Etienne Benoist : basse électrique
Jérémie Arnal : saxophone alto
Maxime Legrand : batterie
Didier Frébœuf : Wurlitzer, ring-modulator Moog, Microkorg

“Véritable collectif qui se structure autour d’une musique aux partitions très motiviques, aux ostinatos lyriques où viennent se greffer des moments free. Ceux-ci culminent avec le recours par le pianiste de ce qui m’a semblé être un ring-modulator (bôite à effet dont Chick Coréa chez Miles Davis et Joe Zawinul dans les premières années de Weather Report firent un abondant usage et qui consiste à déstructurer la hauteur de notes).”
Franck Bergerot, jazzmagazine.com

“Maîtrise du piano électrique, avec un mélange de fluidité et de sens de l’espace sans lequel le Fender-Rhodes (Wurlitzer ?) n’est guère praticable, grâce à une main gauche aux motifs très structurants.”
Franck Bergerot, jazzmagazine.com